La garantie des loyers impayés a été mise en place pour assurer le remboursement des loyers et charges impayés, ainsi que les dégradations. Cette garantie prend également en charge la procédure, ainsi que les frais de contentieux. Pour faire court, la souscription à une assurance GLI, permet au propriétaire d’être indemnisé si le locataire fait état de défaillance financière.

Comment fonctionne la garantie loyers impayés ?

Afin de souscrire une GLI, il est nécessaire que le locataire fasse preuve de sa solvabilité.
C’est-à-dire que le propriétaire doit être sûr que son locataire a les capacités financières d’assumer ses dépenses et dettes. Le locataire solvable peut facilement régler son loyer et ses charges sans se retrouver dans une situation complexe. De manière générale, le loyer ne doit pas dépasser le tiers des revenus du locataire. Stanislas Allauzen, fondateur de PropriLib, agence immobilière en ligne à prix fixe à Paris et Lyon, recommande généralement à ses clients investisseurs de souscrire à une telle assurance pour sécuriser la rentabilité de l’investissement immobilier.

De plus, les contrats GLI prennent en compte la situation professionnelle du locataire. Il sera donc plus difficile d’avoir accès à une GLI si le locataire est en CDD, intérimaire, indépendant ou bien intermittent du spectacle. Généralement les locataires qui détiennent un CDI sont facilement éligibles.
En moyenne, les cotisations mensuelles sont entre 2,5 et 5 % du loyer annuel.

Les documents nécessaires pour souscrire à une GLI

Les pièces demandées varient selon l’assureur, mais de manière générale ce sont ces pièces justificatives qui sont demandées :

  • Les pièces d’identité des locataires
  • L’attestation d’assurance habitation
  • Le contrat de bail
  • L’état des lieux d’entrée du logement

Pour garantir la solvabilité du locataire, les documents à fournir varient selon le profil du locataire.
Si votre locataire est :

Un salarié en CDI il faudra fournir :

  • Les 3 dernières fiches de salaire,
  • Le contrat de travail / attestation de l’employeur,
  • Le dernier avis d’imposition,
  • Les justificatifs d’allocations,

Un salarié en CDD il faudra fournir :

  • Les 3 dernières fiches de salaire,
  • Le contrat de travail / Attestation de l’employeur,
  • Le dernier avis d’imposition,
  • Les justificatifs d’allocations.

Un indépendant, il faudra fournir :

  • Les deux derniers avis d’imposition,
  • Les justificatifs d’allocations,
  • La carte professionnelle ou inscription SIREN.

Un étudiant, il faudra fournir :

  • Les justificatifs d’allocation,
  • Une attestation de scolarité,
  • Garantie des parents en fonction de l’assureur.

Quid de la GLI avec le COVID 19 ?

Nous avons pu interviewer Madame Poincet, directrice de l’agence immobilière terre d’Argence, basée dans le sud de la France. Madame Poincet est en charge de la gestion locative de l’agence, ainsi que de la comptabilité.

Elle nous a donc donné son point de vue sur cette assurance et son utilité pendant cette période. « Si certains locataires ont pris les devants pour nous informer de leurs difficultés financières à venir (absence totale de rémunération), d’autres, ne sont plus joignables … L’assurance ne peut être mise en jeu qu’après avoir réalisé la relance en LRAR, sans paiement après un délai de 45 jours après le 1 er impayé, le dossier est transmis à l’assureur (mais chaque contrat a ses spécificités), nous mandatons l’huissier pour un commandement de payer, qui sera pris en charge financièrement par l’assureur, le propriétaire recevra ses règlements, selon les contrats, à terme échu mensuellement ou trimestriellement.

L’assurance est donc très utile en cette période, mais sans aucun doute le sera telle encore davantage dans les mois à venir. Il faut que le propriétaire ait les ressources nécessaires afin de limiter lui aussi ses risques locatifs qui pourraient le mettre en danger. Enfin Quid des augmentations des cotisations d’assurance !? »